Les voitures électriques et le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique a toujours représenté une source de danger pour la plupart des formes de vie sur la planète. Ce phénomène est causé en grandes parties par l’émission des gaz à effet de serre provenant des voitures classiques. Pour diminuer cette émission de gaz, les voitures électriques ont été créées. Est-il vrai qu'elles sont inoffensives pour la planète ?

La véritable cause du réchauffement climatique

Pour tenter de minimiser les conséquences du réchauffement climatique, les scientifiques ont cherché à savoir quelles pouvaient en être les principales causes. Ils ont découvert que les gaz à effet de serre dont le dioxyde de carbone et les aérosols modifient l'atmosphère et rendent la planète plus exposée. Dans cette optique, il est facile de constater que les véhicules fonctionnant au carburant représentent une importante partie de ces émissions.

Pourquoi dit-on que les voitures électriques ne polluent pas ?

La différence entre les voitures classiques et les voitures électriques réside dans le processus de transformation de l'énergie stockée en énergie pour le déplacement.  Dans les voitures thermiques, cette énergie est stockée sous une forme chimique et est libérée par une réaction chimique à l'intérieur du moteur.

En revanche, bien que l'énergie soit également stockée sous forme chimique, les voitures électriques la libèrent par voie électrochimique sans aucune forme de combustion. Cela est rendu possible grâce à des batteries lithium-ion. Aucune combustion ne se produit et donc il n’y a pas de gaz à effet de serre. Elles sont également plus efficaces que les voitures fossiles.

Les véhicules électriques sont-ils donc plus écologiques ?

Dans le cas général, il est facile d’affirmer que les véhicules électriques sont assez inoffensifs pour la planète que les véhicules à carburant. Mais en réalité, ce n’est pas toujours le cas. En effet, si la source d'énergie pour alimenter ces voitures ne provient pas de panneaux solaires, d'éoliennes ou même de centrales hydroélectriques, leurs émissions de CO2 seront beaucoup plus élevées.